Chapitre VI.4

1996 : le Tsunami souhaité par tous était là !

Pages: 1 2 3 4

2 comments to Chapitre VI.4

  • NDI

    Merci Marchal pour ces informations. Quelques passages méritent d’être commentés.

    LA GESTION QUI COMMENÇAIT A SENTIR LE SOUFRE : c’est l’époque en particulier où personne, y compris le contrôleur de gestion, ne pouvait expliquer objectivement la “chute” des recettes fret, ce qui t’avait conduit, toi et d’autres directeurs, à dire qu’on devait arrêter l’affrètement de l’AN12 basé à Cotonou et utiliser le B737 passagers de LINA CONGO en version “quick change” parce que la nature du fret avait changé. Ce changement de nature tu as dit l’avoir constaté lors d’un de tes passages en transit à l’escale de Cotonou.

    BOUDOT A TOUT FAIT POUR FAIRE CAPOTER L’AFFAIRE à partir du moment où il a su que je garderai le Contrôle de Gestion.. Donc Boudot est bien à l’origine de ta non nomination…

    parce que ROLAND BILLECART AVAIT APPRIS QUE J’AVAIS UNE RELATION AVEC UNE AFRICAINE (sic) : Je ne pense pas du tout que les secrets d’alcôve aient pu avoir une quelconque influence sur le jugement professionnel que monsieur Roland Billecart portait sur ses collaborateurs ; par contre oui, ils pouvaient profondément modifier leurs relations extra-professionnelles.

    ENFIN JAMAIS L’ISTAA N’A DEMANDE MON DEPART D’AIR AFRIQUE AU CONTRAIRE DE CERTAINS AUTRES EXPATRIES. À qui penses tu encore ? Par ailleurs, où ai-je écrit cela ?
    L’ISTAA a demandé le départ de “l’équipe Billecart” dont toi et moi faisions partie et cette demande n’était pas nominative au départ, puis elle a fini par ne concerner que les expatriés, mais tous les expatriés dont tu faisais partie.

  • Francois Marchal

    Je lis avec intérêt ce texte sur l’histoire d’Air Afrique “Mon ère Afrique”. Je le trouve très intéressant. Bravo Yacouba pour toute cette somme.
    Dans le Chapitre VI.4 tu écris des choses à mon sujet qui sont inexactes. Effectivement, Roland Billecart m’avait promis de me nommer directeur financier au départ de Listre, L’Agence Française de Développement ne voulant plus détacher de directeur financier afin de se tenir à l’écart de la gestion de la compagnie qui commençait à sentir le souffre.
    Cela ne s’est pas fait pour 2 raison principales : 1) Boudot a tout fait pour faire capoter l’affaire à partir du moment où il a su que je garderai le Contrôle de Gestion (question posée par Pape Thiam lors d’un déjeuner du Comité de Direction au Palm Beach); 2) parce que Roland Billecart avait appris que j’avais une relation avec une africaine (sic).
    A partir du jour où Roland Billecart a appris cela, il m’a fermé la porte de son domicile alors que précédemment j’allais dîner chez eux quasiment tous les samedis soirs, après la messe chez le Nonce Apostolique.
    Si, comme tu l’écris, je m'”acharnais” sur Yves Boudot et ses “alliès” ce n’est pas du tout pour cette raison mais pour des raisons tout à fait objective.
    Enfin, jamais l’ISTAA n’a demandé mon départ d’Air Afrique au contraire de certains autres expatriés.

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>