Nous avons perdu un ami

Cdb MoussaLe CDB MOUSSA que tout le monde connaissait à Air Afrique est décédé hier après-midi dans un accident d’avion au décollage de l’aéroport de Niamey. Il pilotait son CESSNA habituel pour un vol d’essai après entretien en compagnie de deux mécaniciens. Nous avons perdu un ami mais son souvenir restera dans nos mémoires. Nous présentons à sa famille nos plus sincères condoléances.

PANAPRESSCommuniqué du ministre des transports

27 comments to Nous avons perdu un ami

  • rose marie

    BONSOIR JE SUIS A LA RECHERCHE DE BERNARD THOMAS SUR AIR AFRIQUE A BRAZZAVILLE SI POSSIBLE ECRIVEZ MOI SUR BEAUTEROSE24@YAHOO.FR MERCI

  • cdb huysmans

    perte douloureuse d’un ami et collègue-condoleances emues

  • LAVARDA Lambert

    À Lucie et à ses enfants, je viens d’apprendre la triste nouvelle du départ du Commandant Moussa en consultant les news d’Air Afrique. Que Moussa repose en paix, que la terre qui le recouvre soit légère. À Lucie et à ses enfants, je vous présente toutes mes condoléances attristées… Je me souviens des soirées merveilleuses passées avec vous à Abidjan, en compagnie de Thomas Jean-Claude et de sa famille. Je vous embrasse tous très fort et surtout, beaucoup de courage pendant cette terrible épreuve.
    Lambert & Suzy.

  • Mahamane MOUSSA

    simplement un grand “MERCI” à tous,
    son fils Mahamane “Goudji” MOUSSA

  • Peter Johnston

    Ancien PNT avec Air Niger et Air Ivoire, 1968-77, DC3,DC4,DC6B et YS11, je eu l’honneur de passer quelques soirées mémorables dans la compagnie de Moussa et Lucie. D’ autres, plus érudits que moi, ont parlé des innombrables qualités de Moussa. Pour moi, c’était un gentleman, un vrai.
    Moussa, mon frère africain, je te souhaite ‘happy landings.’ Le monde est plus triste sans toi. Pour Lucie et les enfants, je vous souhaite beaucoup, beaucoup de courage. Lucie, je m’en souviendrai toujours des ‘scotch eggs’ que tu m’as si gentiment servis en reconnaissance de mes ancêtres écossais, une soirée à Abidjan !

  • chevalier bertrand air france mt jk

    cela m a fait un drole de choc..
    je l ai connu a CDG lors de ces passages avec Air Afrique.quel gentil homme ,il m apellait le sorcier blanc car je l imitais a bord du cokpit et avec l accent… tout une complicite….quel souvenir…nous etions ici a Roissy nous aussi l equipe de Africains..bon paradis..

  • yaye Faly

    j’ai perdu un ami, un frere. c’etait le meilleur. que son ame repose en paix et que la terre lui soit legere.

    faly

  • yaye Faly

    Je ne sais quoi dire. Je suis vraiment abasourdi car il etait un ami. Que ton ame repose en paix cher ami et que la terre te soit legere.

    Faly

  • Bernard GRIMOT

    Je suis très touché par cette bien triste nouvelle du décès du commandant Moussa, avec qui j’avais tant de lien de sympathie réciproque et de respect que j’éprouvais pour sa personnalité si charismatique et chaleureuse. J’avais fait sa connaissance lorsque j’étais chef KF à Niamey de 1976 à 1978, et se retrouver ensuite en d’autres escales du réseau RK était un vrai plaisir. Que Dieu l’accueille parmi les plus méritants. Repose en paix, ami.

  • JUILLET Alain

    Au revoir CDT !
    Merci pour ta générosité, tes conseils;
    Tu m’avais emmené voir cet appareil lors du montage du garmin comme système de navigation(abj); je sentais à quel point tu l’aimais ce pushpull;
    Très jeune steward, j’avais tant d’admiration pour toi, ta simplicité, ton professionnalisme;
    Comme pilote, j’ai reçu de toi comme des autres amis pilotes rk, tant de précieuses substances qui garantissent la sécurité de mes vols aujourd’hui encore;
    A ta famille éplorée, courage!
    Au revoir ! Bon vol Commandant!

  • Daniel CUXAC

    Abasourdi, je ne sais plus que dire. Interloqué par cette grave nouvelle qui nous frappe tous à quelque niveau, nous qui avons connu Moussa, « le Commandant Moussa » Toute une vie ainsi partie en si peu, et pourtant tellement !

    Rencontré pour les premières fois au Grand Hôtel de Niamey au milieu des années 60, Moussa, tout fringant avait déjà l’ivresse des grands airs en lui car il était le plus adepte des affidés du Club aérien de son pays…

    Et c’était chaque fois pour le plus grand bonheur des équipages Air Afrique arrivés à 5 en DC6 pour un séjour d’une semaine pour les « Les Châteaux du Niger » : Niamey, Tahoua, Maradi, Zinder et Agades, qu’il se joignait à nous le seul jour de repos que nous avions pour des sorties inoubliables au bord du fleuve Niger…

    Il arrivait toujours à l’heure précise au volant de sa petite Citroën 2CV poussive mais tellement précieuse pour ceux qui voulaient être de ces randonnées spéciales avec Moussa…

    Mieux, avec le temps, il en était même devenu l’initiateur, toujours bardé de sa glacière de poulets et pintades ou de viande de mouton déjà braisés à la nigérienne et relevés au kankankan que nous découvrions et expérimentions pour la première fois, par ces grosses chaleurs dont le Niger a le secret.

    Et pour les équipages de la jeune RK, il était toujours disponible comme s’il en était déjà partie intégrante. Il était déjà l’un des nôtres… C’est donc tout naturellement que ceux qui l’avaient pratiqué à Niamey, avaient retrouvé Moussa beaucoup plus tard au sein de cette grande famille d’Air Afrique lors des 15 jours à Douala, Maroua, Garoua, Ngaoundéré et Fort Lamy. Et bien plus tard sur les vols longs courriers.

    Éloigné des airs, son autre univers était celui des parties mémorables de belote au cours desquelles il laissait échapper parfois sa nature entière, de cette gentillesse qui le caractérisait. Emportements contenus de joueur dans son moment de défoulement mais aussi naturels « d’homme bien et de bien… » !

    Moussa, ton grand sourire ne saurait s’éteindre aussi facilement. C’est trop facile, cette fois, nous refusons ce départ tien, et décidons que tu sois éternellement parmi nous car ce serait trop facile comme à chaque fois de laisser cette dame silencieuse mais cruelle et sans sentiments te faucher toi aussi, et avoir le dessus sur ta vie.

    Tu resteras vivant dans nos cœurs, nous ne t’oublierons pas, Moussa…

    Que la terre te soit légère, Moussa, et surtout comme nous nous le disions, dans ce code que toi et moi seuls comprenions : « Hasta siempre, hasta siempre Moussa »…

    En mon nom et en celui de toute ma famille, et dans la plus grande ferveur, toutes mes condoléances à Lucie, les enfants et à tous tes amis, parents et connaissances.

    Nos condoléances vont également aux familles de tes deux collègues qui t’ont suivi dans ce dernier voyage sans fin avec toi sur ta terre natale.

    Daniel CUXAC

  • noel

    mes condoleances a sa famille.je ne l’ai pas connu ,certes, je ne suis pas pilote, je suis du cote economique de l’aviation civile.cependant je joins ma douleur a celle de la communaute aerienne d’RK.

  • Alain Truffaut

    De juin 1975 à mai 1983 j’ai été son copilote sur Caravelle, DC8 puis A300B4. Nous avons fait le stage A300B4 ensemble à Toulouse en mars 1981. Les anciens d’Aéroformation s’en souviennent encore. C’est lui qui ma lâché CDB A300B4 le 17 mai 1983. Peut-on oublier de tels moments ? Repose en paix Mahamane. Que la terre te soit légère.

  • PADANE

    Le Commandant est parti sans dire au revoir mais nous le rejoindrons tous un jour, en espérant que ce sera dans un petit coin du Paradis. Le Captain Moussa, est mort de ce qu’il a toujours aimé: PILOTER UN AVION. Homme d’un commerce facile, humble malgré ses compétences et son aura, a malgré le poids de l’âge continuer à former et encadrer les jeunes pilotes africains tout en mettant ses compétences à la disposition des Autorités Aéronautiques de son Pays.
    Repose en paix, mon Commandant.

  • Sebastien THOMAS DE LA PINTIERE

    Bonjour a tous,

    Je suis le copilote du Commandant Moussa. J’organise avec SIFCA, l’entreprise pour laquelle il travaillait comme pilote, un verre d’adieu à l’Aéro-club d’Abidjan ce soir à 18h00. Les personnes l’ayant connues sont, bien entendu, conviées a ce dernier hommage.

    Moussa avait encore de très nombreux amis parmi les anciens d’Air Afrique, qui l’avait marque profondément. Il m’en parlait souvent avec beaucoup de fierté et de nostalgie.
    Je crois qu’il aimerait que ses amis soient la ce soir.

    Si vous avez besoin de renseignements complémentaires, veuillez me contacter au numéro de téléphone suivant: (00225)08.99.29.75.

    Sebastien THOMAS DE LA PINTIERE

    • LEYLAVERGNE

      Vous accompagnerai par la pensée au pot d’adieu que vous organisez. Et n’oubliez pas de verser au sol quelques gouttes de votre breuvage, au profit des aïeux disparus, dans la plus pure tradition africaine.
      Amitiés du Moundélé à tous mes amis ivoiriens, connus ou inconnus.
      Gabriel Leylavergne

  • LEYLAVERGNE

    In memoriam.

    « Ton erreur, a écrit Antoine de Saint Exupéry, est de croire en la durée d’une vie d’homme. »

    Si, à mon tour, je me retourne sur le chemin parcouru et fais le compte de tous mes amis pilotes qui se sont fondus dans l’éternité, mon cœur ne disposerait pas d’assez de silence et de nuits pour les pleurer tous.

    Chaque aube nouvelle, chaque crépuscule, nous pousse vers l’inéluctable. La lumière ou le néant, suivant les croyances de chacun. Le choix du jour et de l’heure ne nous appartient pas.
    Aujourd’hui en ce mardi 5 février, mon cœur est en berne et je suis triste.

    La nouvelle est tombée comme un couperet sur internet, froide, tranchante, irréversible, sans appel. Mahamane Moussa s’est tué aux commandes de son Cessna « Push-Pull » au décollage de l’Aéroport de Niamey, emportant avec lui deux passagers.

    Moussa avait derrière lui, une carrière aéronautique d’une richesse exceptionnelle qui l’avait conduit sous toutes les latitudes et il n’est pas un coin de ciel qu’il n’ait sillonné à bord de son premier avion de chasse aux couleurs de l’armée Nigérienne ou aux commandes du Boeing 747 d’Air Afrique. Commandant de bord, instructeur, inspecteur de l’Aviation civile il s’était hissé au plus haut niveau de la hiérarchie aéronautique.

    Compétent, rigoureux, consciencieux, passionné par son métier, c’était aussi un des hommes les plus attachants, les plus sympathiques et les plus généreux que j’aie jamais rencontrés. C’est au cours des années 1986/1987 que je fis sa connaissance, au sein de l’Aéro-Club d’Abidjan où je volais sur PA 28. Une solide amitié était née de ce premier contact qui ne s’est jamais démentie depuis, malgré la distance qui nous séparait et les aléas de la vie. Moussa était un seigneur qui savait entretenir le culte de la fidélité, à l’instar de beaucoup de nos amis Africains. Bon vivant aussi, il nous avait promis, il y a peu, de nous rejoindre autour d’une bonne table à Aix en Provence avec quelques uns de ses amis, Pierre Bus, Daniel Daix et Pierre Carrel, autres chibanis de la même trempe d’Air Afrique.

    Jamais hélas nous ne parviendrons à l’échéance souhaitée, qu’entre temps, la Camarde aux aguets, s’est appropriée, sans préavis. Les rendez-vous manqués ponctuent, ainsi, le chemin tortueux de notre existence, d’une chaine mélancolique de cippes funéraires. Frigides témoins de nos deuils accumulés, ils brisent notre âme comme autant de glas, imprimant à notre mémoire de sinistres et douloureuses résonances venues alimenter nos regrets. Adieu Moussa, Adieu mon frère. Mais sois assuré que je fais miennes ces paroles d’Antoine de Saint Exupéry : « Le disparu, si l’on vénère sa mémoire, est plus présent et plus puissant que le vivant ».

    Gabriel Leylavergne

  • GEORGES MATOKO

    VOICI QU’IL TIRE SON CHAPEAU SUR CE QU’IL AVAIT CHOISI: L’AVION ET L’AMOUR DU PROCHAIN.LE COMMANDANT MOUSSA INCARNAIT L’ESPRIT D’EQUIPE NECESSAIRE A TOUT EQUIPAGE;IL ETAIT LE SOURIRE DU COKPIT QUI SE PROPAGEAIT AU GALLEY ET EN CABINE; LE MEME SOURIRE AU POT DE L’ARRIVEE DANS LA CHAMBRE D’HOTEL DE CELUI QUI ETAIT CHOISI POUR ORGANISER CE POT.
    QUAND LE DESTIN FRAPPE A SA PORTE, NOUS PERDONS UN AMI DOUBLE D’UN CAPTAIN HORS PAIR.QUE SON AME REPOSE EN PAIX.

  • JULIEN Jacques

    On s’était rencontré en 1969 à LBV, lui copilote du TU-TBI (avec me semble-t-il Toto Guérin en CDB), moi agent d’ops. Après mon départ d’Air Afrique, on se voyait régulièrement à CDG.
    Toujours le même souriant, simple, sympa.
    Aujourd’hui, je pleure un ami. Nul doute que le ciel qu’il a tant aimé lui sera accueillant.

  • Nourdine Cisse

    Sommes tres touches par cette triste nouvelle ns presentons nos condoleances les plus sinceres a sa famille et a toute la grande famille RK. Que Dieu l’accepte aupres de lui part en paix Captain!

  • C’est vraiment une horrible nouvelle nouvelle! c’était le meilleur des meilleurs ! Que Dieu l’accueille dans dans son royaume de gloire !.

  • So long captain, je retiendrai de toi la rigueur, le charme et la générosité, que le Tout -Pissant t’accueille en son paradis, quelle tragédie ! mourir de ce que tu as le plus aimé…

  • MAOUDJOUDI

    QUI AURAIT PU PENSER ALORS DE MEMOIRE DES AIR AFRICAIN CDB ETAIT APPRECIE DE TOUS COMME MEILLEUR CDB QUI MAÎTRISE SES AVIONS GROS PORTEURS LONGS COURRIERS. QUE DIEU TOUT PUISSANT L’ACCEPTE AU PARADIS AMINE. NOUS AVONS PERDU UN ÊTRE ET UN AMI CHER CAR DIEU DIT TOUTE GOÜTERA A LA MORT ET C’EST VERS LUI QUE NOUS RETOURNONS.

Leave a Reply to cdb huysmans Cancel reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>