Chapitre II.4

Le savant camouflage d’incompétences professionnelles

Sur les recommandations de la Division Planification, la Direction Fret et Poste avait été supprimée en 1986 pour des raisons dites d’économie, et réduite à deux Départements rattachés à la Direction Commerciale rebaptisée Direction du Marketing et des Programmes.

L’argumentation justifiant cette recommandation reposait sur la théorie de la G.O P : Gestion Optimisée du Programme. Cette théorie sans consistance réelle, apprise à la va vite auprès d’un consultant aux connaissances douteuses, a été présentée à la Direction Générale par de jeunes cadres novices en matière de transport aérien, et ignorant tout des questions de commercialisation et de transport de fret, mais qui pensaient pouvoir refaire le monde.

Selon la théorie de la G.O.P, les Compagnies pouvaient, sans affecter leurs recettes globales, et à moindres frais, continuer le transport du fret dans les soutes des avions mixtes, et faire l’économie d’une Direction fret, et au besoin celle de tout avion cargo. C’était à se demander pourquoi des Compagnies internationales parmi les plus performantes, avaient une flotte cargo dédiée et une Direction fret et poste ?

Sur la même lancée, et toujours au nom de cette fameuse théorie, le Directeur financier, pour résoudre un problème ponctuel de trésorerie, avait recommandé la vente du seul avion cargo de la Compagnie, et le redéploiement de l’ensemble du personnel fret au niveau du service passager.

Dans la poursuite par ignorance et incompétence de l’objectif qu’était la liquidation de l’activité frêt sur avion cargo, un jour où ce seul avion cargo était tombé en panne, ce qui entraînait des retards dans le transport des bagages des pèlerins, Monsieur N’diaye Yacouba Salif, chef du département ventes fret, sur analyse de cadres du cabinet fantôme, fut sommé de s’expliquer sur ce qui a été assimilé à un acte de sabotage visant à ternir l’image de la Direction générale.

Il lui était reproché, sachant qu’il ne pouvait pas transporter les bagages, d’avoir accepté de prendre des réservations « au lieu de stopper les ventes ».

Le Directeur financier, ancien Ministre des Finances dans son État, chargé par le PDG du suivi de ce dossier, pour éviter de décaisser les sommes nécessaires au dépannage de l’avion, intima au département fret, l’ordre de restituer les bagages aux passagers, et à la Direction de l’Exploitation celui d’annuler les vols cargo pour ‘’dégager la responsabilité de la Compagnie ».

Dans le cas d’espèce, la panne était survenue après plusieurs rotations du cargo, le pèlerinage à la Mecque (HAJ) étant terminé et les pèlerins déjà à leurs destinations respectives. Les bagages incriminés étaient encore à Djeddah, et de surcroît les montants des transports y avaient été réglés par les pèlerins avant leur retour.

Restituer les bagages aux passagers, impliquait aussi la restitution simultanée du montant du transport payé par eux, ce que le Directeur Financier ignorait. De plus, les recettes encaissées, dont le montant était largement supérieur aux sommes nécessaires pour le dépannage du cargo, avaient été transférées au siège par la représentation de Djeddah, et avaient été affectées par ce Directeur Financier, à des dépenses jugées prioritaires par lui.

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  

Subscribe without commenting