Chapitre IV.4

Le camouflage silencieux d’incompétences individuelles

L’exploitation des A310 sur l’axe New York fut catastrophique au plan commercial et les résultats financiers, loin d’être ceux qui avaient été annoncés. Les bagages non embarqués s’entassaient, les clients, surtout ceux des pays anglophones, menaçaient la Compagnie de poursuites judiciaires à chacune de leurs « descentes » sur les bureaux Air Afrique de leurs localités (Banjul, Monrovia, Lagos, Freetown) et même Dakar, lieu de transit des passagers en provenance de New York.

Dès lors que des bagages de passagers restaient au sol, il n’était plus question, donc plus possible, comme du temps des DC10, de vendre du fret sur les A310 au départ de New York, ce qui entraînait d’importantes pertes de recettes.

Plus tard, sans avouer s’être fourvoyés, le Directeur Délégué chargé de l’Exploitation et du Technique et le Directeur Délégué chargé des Finances et du Commercial annoncèrent triomphalement lors d’un comité de direction, le remplacement des A310 par des A300-600 sur l’axe New York pour, disaient-ils, « résoudre les problèmes de bagages et de fret », problèmes dont ils n’avaient jamais voulu reconnaitre officiellement la réalité, sauf pour dire qu’ils résultaient d’actes de sabotage de ceux qui « n’aimaient pas l’A310 ».

En écho à cette explication insolite et non professionnelle, le Directeur de l’exploitation, monsieur Pierre Agbogba soutenait que la dégradation des résultats financiers attendus de l’A310, venait de ce que les « gens du fret » refusaient de charger cet avion à hauteur des 9 tonnes possibles, oubliant pour la circonstance, que le chargement du fret dans les soutes des avions passagers relevait de services placés sous ses ordres.

L’A300-600 fut donc mis en exploitation sur New York malgré la mise en garde du Directeur Fret et de certains cadres

qui expliquèrent, peut être en termes trop barbares ou trop savants pour le Directeur Délégué chargé de l’Exploitation et du Technique, qu’à cause du * ZERO FUEL WEIGHT de l’A300 600, à choisir, mieux valait encore maintenir l’A310, que de le remplacer par cet avion techniquement moins adapté que le premier, pour effectuer des vols transatlantiques.

Parce que les faits sont têtus, et que, comme disent les africains, « nul ne peut cacher le soleil avec un doigt », ou mieux encore, « lorsque ça pourrit, ça finit par sentir », malgré les explications alambiquées et un tantinet démagogiques du Directeur Délégué, monsieur Michel Olivier Mignard, interpellé à ce sujet lors d’une convention des cadres à Abidjan, l’A300-600 démontra sa totale inadaptation au réseau transatlantique.

Le retrait de cet appareil de la ligne New York a été définitivement scellé par un message rageur, au ton impératif et non négociable, de monsieur Théophile Komaclo, Directeur en poste à New York et qui disait textuellement : « Je ne veux plus voir l’A300-600 à New York ! »

En effet expliquait-il, l’inadaptation de cet avion avait créé en trois mois, plus de litiges qu’il n’en avait connu en un an d’exploitation des A310, qui eux mêmes avaient déjà amplifié le nombre de litiges après le retrait des DC10.

Devant la désastreuse réalité de cette situation, l’A300-600 sera retiré de l’axe New York, pour être remplacé par un Boeing 767 loué, nous disait monsieur Yves Boudot, Directeur Délégué chargé des Finances, à des « conditions financières avantageuses », auprès de la Compagnie Air Europe.

Tout ceci traduisait un amateurisme qui confinait au bricolage et à l’improvisation.

3 comments to Chapitre IV.4

  • Ndiaye

    Mon cher collègue.

    Il manque un membre de phrase qui rend peu compréhensible ta contribution.

    Cependant, chacun de nous a sa part de vérité, et les quelques chapitres que vous avez lus ne constituent qu’une partie de ma vérité à moi. Je suis loin d’avoir conclu et apprécierai toute contribution qui viendrait enrichir ce devoir de mémoire.

    Fraternellement.

  • pika.daniel

    BONJOUR
    MON SEUL COMMENTAIRE EST QUE SI AIR AFRIQUE LES RAISONS DE DISPARITION SONT VRAISEMBLABLEMENT LIEES AUX ERREURS DE DECISIONS DES DIRECTEURS ….ET SABENA SWISAIR ET AUTRES SONT TOMBEES POUR QUELLES CAUSES ?
    EN EFFET LE CONTEXT ECONOMIQUE DANS L INDUSTRIE DU TRANSPORT AERIEN NE PERMETTAIT PLUS L EXISTENCE DUNE COMPAGNIE AERIENNE AMBITIEUSE COMME AIR AFRIQUE DANS LES ETATS PAUVRES ET TRES ENDETTES COMME LES NOTRES
    AIR SENEGAL NEE SOUS LES CENDRES D AIR AFRIQUE A DISPARU …ESPERONS QUE ASKY TIENDRA JE NE CITE PAS TTES LES AUTRES QUI NE VIVENT QUE DES PERFUSIONS …BONNE JOURNEE

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  

Subscribe without commenting