A300B4

AIRBUS – En mars 1979, le président Aoussou Koffi annonce la commande par Air Afrique d’appareils européens Airbus. Pour la première fois la compagnie ne commandait pas ses longs courriers aux États-Unis. Il s’agit d’un A300B4 (250 places) livrable en 1981 et de deux A310 (210 places) prévus pour 1983 et 1984. En fait, un an plus tard, peu avant la livraison du premier appareil, la commande est modifiée pour 3 A300B4.

« En choisissant l’Airbus, Air Afrique répondait à deux critères essentiels de rentabilité et d’économie (…)
Ce choix s’inscrit dans son souci de remplacer les Caravelles d’abord, les DC 8 ensuite, devenus trop voraces et dont la technologie aujourd’hui est un peu dépassée.
» (Presse de l’entreprise).

TU-TAT A300B4

A300B4 – L’Airbus A300 est un biréacteur moyen courrier. Le projet lancé par la coopération européenne prévoyait un « Airbus » à 300 places (d’où son nom). Après une longue gestation, l’avion est commercialisé en 2 versions :
– L’A300B2, principalement commandé par Air France,
– L’A300B4, appareil identique possédant une capacité des réservoirs accrue et une masse maximale supérieure permettant d’accroître la distance franchissable.

Air Afrique choisit ce dernier type, dans sa version 203. Long de 53,62 m et d’une envergure de 44,84 m, cet appareil possédait une cellule, des atterrisseurs renforcés et une capacité réservoirs de 65 700 litres. Le tout propulsé par des réacteurs CF6-50C2 de 23 496 kgp (230,4 kN) qui autorisaient une masse au décollage de 165 tonnes.

TU-TAO

A300B4-203 N° 137

Il effectue son premier vol à Toulouse le 20 février 1981, sous l’immatriculation d’essai F-WZEP. Livré à Air Afrique le 7 mai 1981, il est immatriculé TU-TAO et nommé Nouakchott. L’appareil rejoint l’Afrique le 25 mai, piloté par Messieurs Mahamane Moussa, Noël Boco et Samba Malick. Le lendemain, il est à Nouakchott. Madame Ould Haidaallah, épouse du président mauritanien le baptise, versant sur le train avant une calebasse de lait de chamelle. Basé à Dakar, il effectue sa première liaison commerciale entre les capitales sénégalaise et française le 2 juin suivant (RK 16). Quinze ans plus tard, il compte 38 600 heures de vol pour plus de 19 000 atterrissages. Il poursuivra sa carrière sous le signe du Koba jusqu’à la fin de l’entreprise en 2001. Stocké à Dakar, il s’y trouve peut-être toujours. (Baptême du TU-TAO à Nouakchott 2 3 )

TU-TAS

A300B4-203 N° 243

Il s’envole de Toulouse pour son premier vol le 4 mars 1983, sous l’immatriculation F-WZMJ. Livré à Air Afrique le 12 juillet 1983 il effectue sa première liaison commerciale 3 jours plus tard entre Dakar et Abidjan. Immatriculé TU-TAS, il est baptisé Bangui le 5 août suivant par sa marraine Mme Kolingba, épouse du président centrafricain. Air Afrique renoue avec une vielle tradition, mais il semble bien qu’il s’agisse du dernier baptême d’appareil. L’avion était piloté par MM. Moussa et Sakanogo, l’Omn étant M. Samba. Il effectuera lui aussi toute sa carrière au service de la multinationale et est stocké à Dakar où il est peut-être toujours.

TU-TAT

A300B4-203 N° 282

TU-TAT A300B4

Initialement commandé par la compagnie charter britannique Laker qui lui avait réservé l’immatriculation G-BIMI, notre appareil effectue son premier vol le 13 octobre 1983 (F-WZML, puis F-WZXP). Il est livré à Air Afrique le 13 juillet 1984 et immatriculé TU-TAT. Il n’aura pas de nom. En juillet 1996, il compte 30 000 heures de vol et plus de 16 000 atterrissages. Le 12 février 2000, l’appareil qui roulait vers la piste d’envol de Dakar est victime du « rentré » inopiné du train principal gauche, endommageant le réacteur et l’aile. Heureusement, il n’y eut aucun blessé, mais l’appareil, âgé de 17 ans, n’était pas économiquement réparable. J’ignore ce qu’il est devenu. Sans doute a-t-il été démantelé sur place ?

2


AVIONS LOUES


F-OHLE

A300B2C n° 31

Loué en 1998, cet appareil avait effectué son premier vol le 8 juillet 1976 (F-WUAY) à une période où les ventes de l’Airbus avaient du mal à décoller. Il s’agissait de la version B2.
Deux ans plus tard, il est prévu comme prototype de l’A300B4FC, version cargo convertible. Il est ré-immatriculé (F-WZEQ), mais le projet est abandonné et l’appareil trouve preneur chez Koréan Airlines en août 1978 (HL-7238). Il est modifié en B4-103 et est vendu aux USA en décembre 1997 (N63661). En 1998, il passe par la Grande Bretagne (G-BXRU) et l’Irlande (EI-LIC) avant de rejoindre Eagle Aviation, compagnie française basée en Arabie Saoudite !!! D’où son immatriculation outre mer (F-OHLE). En juillet 1998, il vole pour le compte d’Air Afrique. Conservant sa livrée, il porte un scotch vert « Air Afrique ». Après son leasing, il retourne à Eagle Aviation. Il est loué à diverses compagnies avant d’être stocké à Bordeaux où il est démantelé en décembre 2001.

EI-TLK

A300B4-203 n°161

L’avion effectue son premier vol le 24 septembre 1981 (F-GBNU). Il rejoint aux États-Unis la flotte d’Eastern Airlines, première compagnie américaine à faire confiance à Airbus. Dix ans durant, il porte l’immatriculation N226EA. Fin 1992, il est vendu à Sultan Air, compagnie turque (TC-JUV). En septembre 1993, il retourne au registre américain (N226GE) avant d’être cédé, en mars 1997 à la compagnie irlandaise Transaer (EI-TLK) spécialisée dans la location d’avions. Il vole ainsi pour la Pakistan International Airlines, avant de rejoindre Air Afrique le 10 décembre 1998 (RK 5341 LGW-CDG). Il porte une livrée blanche, avec le nom Air Afrique, sans le koba. Le 12, il effectue son premier courrier (RK3366). Il termine sa location par le même vol les 21 et 22 février 1999.
Par la suite, il volera pour Sri Lankan, et retrouvera une troisième immatriculation américaine (N161GE) avant d’être démantelé en avril 2004.

Jacques JULIEN

9 comments to A300B4

  • JULIEN Jacques

    Il s’agit bien évidemment du CF6-50 (qui équipait déjà les DC-10 de la flotte RK).
    Je me suis un peu mélangé.
    Merci Julian, nous allons rectifier.
    Jacques

  • Julian

    Bonjour ,

    Le CFM56-50 n’existe pas je pense que c’est plutôt le CF6-50. Je tiens à vous remercier pour ces articles

  • suzie simedou

    MAIS BIEN SUR QUE JE RECONNAIS ! M.JULIEN, LE VISAGE SUR LA PHOTO ANCIENNE M’EST EN EFFET BIEN FAMILIER ! UN MONSIEUR TRÈS DISCRET, PRESQUE TIMIDE SI JE NE ME TROMPE ; FAITES LUI BIEN LE BONJOUR DE MA PART.
    MERCI DD
    AMITIÉS SUZIE

  • suzie simedou

    QUI PEUT NOUS FAIRE UNE PRESENTATION DE MONSIEUR J.JULIEN.
    JE SUIS CURIEUSE DE SAVOIR QUI IL EST.PAR RAPPORT A SA REMARQUABLE
    CONTRIBUTION DANS TOUT CE QUI SE FAIT.LES AUTRES ACTEURS JE LES CONNAIS
    POUR AVOIR COLLABORE DIRECTEMENT AVEC EUX DU TEMPS D’RK.MERCI!

  • degorce

    merci pour ces ces articles avions les anciens de RK

  • Alain Truffaut

    Et si Jacques !!
    Le TU-TAO a été baptisé le 26 mai 1981 à NOUAKCHOTT. La cérémonie a été relatée dans le bulletin « CONTACT » de juin 1981. Je numérise l’article et je le fais parvenir à DD. Petite correction pour le TU-TAT, c’est le train principal gauche qui s’est effacé en quittant la piste à DKR, l’équipage avait fait un QRP suite à une alarme de train non verrouillé bas. J’ai pris plusieurs photos de l’accident.
    En tout cas, félicitations pour ce travail « historique » fort documenté sur les avions d’une compagnie qui restera pour toujours « notre » compagnie.
    Alain

    • JULIEN Jacques

      Bonjour Alain,
      Et pan sur le bec comme il disent au « Canard » !
      Bien évidemment qu’il s’agit du TP gauche. Comme quoi, on ne se relit jamais assez.
      Ma « correctrice préférée » s’occupe de fautes d’orthographe et de français (elle a du boulot), mais ne vérifie pas le coté technique. c’est entièrement de mon fait.
      Merci pour le baptême du TU-TAO, je n’avait aucune info à ce sujet.
      Je vais corriger rapidement et envoyer à Daniel.
      Bien cordialement,
      Jacques

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  

Subscribe without commenting