Point de vue

Ouverture de l’AIBD (Aéroport international Blaise-Diagne), le début de l’Histoire
un article publié par Dakaractu, signé par Henri LABERY *

L’auteur rappelle brièvement l’histoire de l’aviation au Sénégal et en Afrique de l’Ouest et les hommes et les évènements qui ont œuvré à la construction du nouvel aéroport. Il consacre aussi quelques paragraphes, pas forcément objectifs ni bien informés, à la Compagnie Multinationale Air Afrique.

Le temps d’Air Afrique

Au commencement, un bijou, une mine d’or. Au départ 12 États membres, 12 Droits de Trafic Souverains. De quoi faire une grande et riche Compagnie Aérienne de réputation mondiale ! Née des accords de Yaoundé (Cameroun) après les deux Compagnies Africaines précitées elle aura pour premier PDG le très excellent gestionnaire sénégalais notre ami l’Ingénieur Cheikh FALL (il va souhaiter voir intégrée (nous aussi) Air Guinée (la Guinée) à RK). Dix ans durant, Cheikh FALL va marquer de son empreinte Air Afrique la faisant très bien décoller et la maintenir dans une parfaite vitesse de croisière, rayonnante de succès et de renommée.

Feu Cheikh FALL, Citoyen ambitieux pour son Pays, pensait, par sa compétence et son charisme, pouvoir se donner un destin national. L’on disait qu’il pouvait compter sur une bonne frange de l’électorat et jouirait de solides soutiens chez certaines confréries religieuses celle de Touba notamment.

À l’époque du Parti unique, vouloir piocher dans le jardin de SENGHOR n’était pas chose à imaginer. Plutôt du suicide sur le plan politique !!

Par un accord tacite ou écrit Abidjan était le Siège de la Compagnie et sa Direction Générale assurée par un Patron Sénégalais désigné par le Gouvernement.

Les rumeurs disaient que, informé des desseins de Cheikh FALL, le Président SENGHOR ira saisir ses pairs le Président Houphouët BOIGNY en tête, pour se désister de la Direction Générale de la Multinationale pour le Sénégal. À l’évidence, cela devrait être le cas car peu de temps après, Cheikh FALL sera remplacé par un non Sénégalais. Et commença la descente aux enfers d’Air Afrique…
Les PDG qui se succéderont aux commandes n’étant pas de la partie, n’ont pu ou su malheureusement, maintenir son équilibre financier entre autres déclins. Et pour ne rien régler, l’on a cru judicieux de faire appel à un dit Sorcier Blanc en la personne d’un certain Yves de Billecart ancien fonctionnaire français des finances. Sans rentrer dans les détails, ses incantations n’ont pu sauver Air Afrique mais plutôt la précipiter vers l’abîme.

Et quand il la quitta, la Compagnie était définitivement moribonde. Et disparaitra à jamais malgré les perfusions qu’on tentées ses successeurs Mauricien et Américain. Et des centaines de pères et mères de famille laissés en détresse, au chômage…

À se demander si l’on a retenu la leçon que seul un Dirigeant national compétent et expérimenté de la trempe de Cheikh FALL (le Sénégal n’en manque pas) a intérêt à voir prospérer et développer sa Compagnie Nationale à vocation Internationale ?? La question reste sérieusement posée !!

* Henri LABERY, Doyen des Professionnels de l’Aérien et du Tourisme, Ancien Représentant de la Cie. Air Guinée Conakry, Président Fondateur (1958) de la SSVT/Agence LABERY, Co-Fondateur du Syndicat des Agences de Voyages (1964), Ancien Représentant de Halcyonair Bissau – Cabo Verde, Co-Fondateur (1972) et Président d’Honneur du BAR (Board of Airlines Représentative), Chevalier de l’Ordre National du Mérite du Sénégal.<

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  

Subscribe without commenting