Libreville vers 1975

Pour commencer un album de photos souvenirs voici une image qui devrait parler aux anciens du Gabon. (Cliquez pour agrandir) Si mes souvenirs sont bons les parkings étaient prévus pour trois gros porteurs seulement (DC10 ou DC8). Chaque vendredi matin ils étaient au moins quatre et souvent, comme ce jour là, s’ajoutaient le cargo Affretair et les avions présidentiels.

Libreville, l'aéroport Léon M'Ba un vendredi matin.

30 comments to Libreville vers 1975

  • Jean Pierre KERRIO

    Merci pour ces souvenirs.
    Je suis entré à UTA en 1976 comme agent d’exploitation (trafic et PLV). En 1978 j’ai rejoint la première PPV comme agent PLV au lancement des plans de vol informatisés avec le logiciel de Continental Airlines, puis comme responsable de la PPV en remplacement de Raymond Puig.
    Les CDB et Pilotes de l’époque d’UTA, RK, ESTEREL doivent se souvenir du lancement de cette première PPV centralisée avec une équipe 6 agents d’exploitation volontaires.(R.Puig, Mangusi, Gérard Joly, Raymond, Bertoldo, Vettier, J.P. Kerrio (le plus grand par la taille 1m90).

  • balard guy

    pour les anciens de air gabon je suis desolé de vous apprendre le deces de j c brouillet a los angeles

  • Patrick Ravier

    Mon Cher Guy
    Que de souvenirs, nous étions ensemble à cette époque je t’avais même laissé ma voiture Auto Bianchi pendant mes vacances. Je suis avec Penny grand-père de 5 petits enfants. Je pense que tu te souviens de moi je travaillais à l’escale et à Salisbury et Abidjan.
    J’aimerais bien avoir de tes nouvelles. Je profite de ce message pour te demander si tu es déjà à la retraite je dois donner aux différentes caisses l’adresse et numéro de cotisation ou Jean-Louis cotise pour nous. Donnes nous de tes nouvelles.
    Amitiés Patrick Ravier

    • balard guy

      mon cher patrick ,
      c est quand meme beau les nouvelles technologies ,car grace a ce site je me retrouve 40 ans en arriere ,je te jure quand je t ai lu ce matin j ai eu la larme a l oeil, effectivement je suis a la retraite depuis 10 ans en ce qui concerne jean louis et les cotisations je pense qu il ne cotisait qu a la caisse gabonnaise et perso quand j ai quitté le gabon j ai recuperé mes cotisations , mais va savoir peut etre que pour toi il a fait peut etre autrement ,je vais te contacter par ta page facebook je te donnerai mon telephone sur la messagerie privée toutes mes amities a toi et a penny

  • JULIEN Jacques

    Petite précision, le F-BOLL était un 63 et non un 62.
    Bien amicalement,
    Jacques

  • Liagre Gérard

    Bonjour,

    Sur cette photo il me semble voir le 62 F-BOLL détruit a Djamena le 10 mars 84
    amicalement

  • JULIEN Jacques

    Un peu de patience Noël, les articles sont long à réaliser, ils nécessitent beaucoup de vérifications pour éviter de dire des bêtises. L’article sur les B737 est prêt,il sera publié après celui sur les Antonov 12 qui est en attente depuis quelque temps.
    Par ailleurs nous avons d’autres occupations, moi en particulier avec le Musée de l’Air du Bourget.
    J’avoue ignorer totalement cette histoire de bruit des DC-10 Air Afrique. Ils n’étaient,bien évidement, pas plus bruyants que ceux de Ghana Airways ou de Swissair.
    Guère plus bruyants que les Airbus qui utilisaient les mêmes moteurs (2 il est vrai contre 3).
    C’était il y a plus de 15 ans, les normes ont changées et les moteurs modernes sont moins bruyants.
    Encore un peu de patience pour les 737, ils arrivent!

  • GUY BALARD

    bonjour je n ai pas de nouvelles de jl domange et le connaissant comme un homme extremement intelligent il a l art et la maniere de se confondre dans la nature !!

    • jean noel

      bonjour

      j’ai connu l’aviation gabonaise a PNR en 1980.a l’epoque le F 28 se posait en nigth stop pour redecoller mercredi matin.le cargo (un vanguard ou un C130 H s’y posait les vendredis). les DC 6 commencaient a etre retires de la flotte GN.

      ensuite ils etaient passes au 737(P&F), 727 au Fokker 100.effectivement c’etait des bons moments tres agreables et entre temps ils avaient exploite un LBV PNR JNB en 727 puis en 767.l’aviation gabonaise est assez dynamique.

      bizarrement la saturation d’hier de l’aeroport de libreville est nettement ressentie aujourdhui du cote de pointe noire.c’est bizarre.(30 000 mvts d’avions 100.000 tonnes de fret 800 000 pax ).c’est un peu le reproche que je formule aux anciens managers d’RK.RK avait bcp sous estime le marche petrolier de PNR.

      enfin je profite de l’opportunite de cette plate forme pour exprimer un vibrant hommage a Mr pape sow thiam ex RK chief country(brazzaville) d’avoir vu tres vite la rentabilite de ce marche et d’avoir connecte pnr aux grands aeroports d’afrique(coo abj dkr jnb…).

      • DD

        Je suis certain que Pape Thiam sera sensible à l’hommage que vous lui rendez.

        Pour ce qui est de l’intérêt de PNR il n’est pas exact de dire que les anciennes directions RK ont sous estimé le marché pétrolier. D’autres vous le diront mieux que moi, mais pour ce que j’en sais ce marché a toujours intéressé RK, déjà au début des années 70 quand j’arrivais à LBV il était pour la compagnie une source de recettes haute contribution et dans le cadre de l’association avec UTA nous faisions de notre mieux pour organiser les correspondances.

        À cette époque la piste n’acceptait pas les longs courriers et RK n’avait pas les droits pour desservir LBV/PNR ce qui depuis la France était le trajet le plus direct. C’est pour cette raison que par la suite furent imaginées des dessertes via ABJ et COO, plus tard même UTA passera par BZV.

        Amicalement
        DD

        • noel

          ok.

          j’avais demande un article sur l’exploitation des 737 par air afrique qui tarde a venir.

          mais pour vous Mr DD si cela vous gene ne repondez pas.alors il y avait une histoire d’anti bruits sur les DC 10 d’RK comme quoi ils etaient « trop bruyants ».pourtant mon cousin etait partit de brazzaville pour paris a bord d’un DC 10 de ghana airways(vol RK).j’etais a maya maya et j’avais bien vu le DC 10 de ghana airways

          est ce que mr DD vous pouvez nous dire tres exactement de quoi avait il ete question.

          que reprochait t on aux DC 10 d’RK ? etaient ils vraiment bruyants a ce point? car aujourdhui j’entends souvent dire que c’est plutot le B 727 qui etait l’avion le plus bruyant de sa generation.

          cordialement
          jn

          • DD

            Répondre ne m’ennuie pas, bien au contraire.

            Les avions sont le travail de Jacques Julien qui m’a dit récemment être en train de préparer le 737. Pour le moment j’ai en attente, ces jours prochains très certainement, les Antonov d’Air Afrique, le 737 viendra un peu plus tard.

            La réglementation concernant les bruits admissibles pour les avions a changé fréquemment et dépendait des lieux et des horaires. Au fur et à mesure que des avions plus modernes faisaient moins de bruit, les seuils autorisés aux avions anciens devenaient plus contraignants. J’avoue ne plus très bien savoir où on en est mais nous allons certainement trouver quelqu’un qui pourra répondre à votre question.

            Amicalement

  • GUY BALARD

    bonjour a vous tous ,
    j etais le mecano d affretair dans les annees 76 que de souvenirs !!!

    • DD

      J’étais à Libreville en 76 et je me souviens parfaitement d’Affretair et de Domangé… savez-vous ce qu’il est devenu ?
      Daniel Daix

    • chatillon

      Bonjour,
      Pouvez vous me dire comment était l’insigne de TransGabon créé par Jean claude Brouillet.
      Merci et cordialement
      M.CHATILLON

      • dd

        En 1969, après la vente de Transgabon par J.C.Brouillet, les documents portaient un masque ailé. Le masque était noir, les yeux, le nez et la bouche rouge, les ailes étaient jaunes.

        Une paire de sagaies renversées étaient croisées derrière le masque.

        Je n’ai pas souvenir que les appareils aient portés ce sigle. Sur la dérive, on trouvait un écusson aux couleurs gabonaises.

        Je pense que ce motif (peut-être hérité des Transports Aériens Gabonais… à vérifier) a disparu après la reprise de Trangabon par J.C. Brouillet vers 1972, et la livrée orangée venue de Gabonair.

        Jacques Julien

    • Bernard

      Bonjour Guy Balard,

      J’ai travaillé à Affretair/Air Gabon Cargo de juin 1976 à mai 1988. Nous nous sommes certainement croisé ?
      Cordialement.
      Bernard

  • Christeler

    Bravo pour votre site,
    Merci pour vos archives sur LBV, J’ai quitté Air Gabon en 1998, j’étais un rare PNC français sur le « Léon M’ba », que de souvenir…….
    cordialement

  • Alain Durand

    Bravo Jacques pour cette trouvaille

  • JULIEN Jacques

    L’histoire d’Affretair/Air Gabon Cargo est symbolique des manipulations de tous genres qui se sont déroulées en Afrique dans les années 60-70.
    Air Trans Africa, compagnie rhodésienne, créée par Jack Malloch en 1964, semble s’être « illustrée » au Katanga.
    Lors du conflit biafrais, la compagnie acquiert des DC-7 cargos pour ravitailler le Biafra en sécession.
    Ces appareils sont immatriculés au Gabon. (J’ai le souvenir d’un appareil se posant un soir à Libreville avec une immatriculation irlandaise et repartant le lendemain sous registre gabonais).
    Ces avions ne transportaient pas de médicaments ou autre matériel de secours.
    Le décollage de nuit, était impressionnant : Les moteurs «compound» crachaient des flammes bleutées, l’appareil très lourdement chargé utilisait toute la piste.
    Plus tard, après la chute du Biafra et l’indépendance unilatérale de la Rhodésie de Ian Smith, création d’Affretair, compagnie de droit gabonais.
    Les DC-7 (il y en eu jusqu’à 5) faisaient effectivement le transport de viande de la Rhodésie vers le Gabon et repartaient avec diverses marchandises.
    Le premier DC-8 (TR-LQR) a été mis en service vers novembre 1972. Le second (TR-LVK) livré en avril 1975 a porté, entre 1977 et 1980, les couleurs de Cargoman (A40-PA). Les deux DC-8 ne portaient pas de titres, seulement leur immatriculation gabonaise. Ils volaient vers l’Europe.
    Un CL-44 (appareil à queue pivotante) a complété la flotte en 1975.
    Cette compagnie est retournée au Zimbabwe après l’indépendance et a disparu quelques années plus tard.
    La vie de Jack Mulloch est racontée dans un livre (en anglais) intitulé Tango Roméo (les lettres de nationalité du Gabon)

    L’article Wikipédia sur Air Trans Africa est intéressant et renvoie à des photos inédites.

    Pour le DC-6, selon mes sources, le TR-KEA est resté à la base aérienne de Libreville et y est peut-être toujours (dans quel état ?)

    Transgabon puis Air Gabon ont utilisé des DC-6.
    Deux appareils pour Gabonair en 1971 (TR-LQE s/n 44695) et (TR-LQD s/n 44176). Ces avions furent reversés par la suite à Transgabon qui les utilisa jusqu’à fin 1974 (expiration des certificats de navigabilité)
    En 1975, c’est le TR-LTY (s/n 43821) qui entre en exploitation. Il sera retiré du service en juillet 1977.
    Suivent, à compter de fin 1977, 2 appareils provenant de l’Armée de l’Air française (TR-LXM s/n 45107 et TR-LXN s/n 45108). Le XN sera détruit à Moanda le 26 février 1979. Le XM sera utilisé en cargo jusqu’en 1982.

    Pour la petite histoire, deux autres DC-6 ont volé sous registre gabonais :
    – Durant le Biafra, le TR-LOX « Apollo ». Il deviendra TR-LQE à Gabonair.
    – La SOACO exploitera, à partir de 1975, le TR-LUA (s/n 43826) autre vétéran du Biafra.

    Pour ceux que cela intéresse, le livre de Jean CLaude Brouillet (fondateur de Transgabon) « L‘avion du blanc » vient d’être réédité.
    C’est l’histoire d’un aviateur au Gabon jusqu’en 1970.

    • SUZIE SIMEDOU

      DD n’oublie jamais de remercier les auteurs pour la générosité de leur production en matière d’informations très intéressantes ; les références qu’ils donnent nous permettent d’avoir en plus les compléments utiles !!
      Dis a mr Julien que j’ai bien aimé la subtile traduction par « diverses marchandises » pour designer les cargaisons des avions repartant du Gabon, décrits par l’article Wikipedia en anglais comme « essential materials for the rhodesian security forces ».
      Amitiés Suzie simedou

  • Alain Durand

    Merci pour cette belle brochette de DC.8 agrémentée par le DC 10 et le Gulfstream 2 du gouvernement Gabonnais.
    Arrivé la veille de ZRH, GVA et DLA en SR 271, le DC.8-62 de Swissair s’apprêtait à retourner sur ZRH en SR 272 avec toujours escales à DLA et GVA.
    Egalement arrivé la veille de CDG via MRS et DLA, le DC 8-63PF d’UTA va le suivre comme son ombre jusqu’à MRS.
    DLA sera également la première escale du DC.8-53 RK, les escales suivantes seront LFW, ABJ, ROB, DKR et JFK. Intéressant de se souvenir que cette expedition hebdomadaire sur New York avait deux numéros de vol, RK122 et RK049.
    Le DC 10-30 d’UTA arrive de CDG et NCE et descendra sur JNB.
    Quant au DC 8 parqué à côté du DC 8-63CF TR-LTZ de la République Gabonnaise, je pense que nous avons à faire au 54F d’Air Gabon Cargo constituée par Affretair, plus tard Affretair Zimbabwe pour contourner l’embargo économique à la Rhosésie sur les liaisons aériennes internationales. Basé en fait à Salisbury, actuellement Hararé, ce DC 8 « montait » principalement avec de la viande et redescendait avec des biens d’équipement. Affretair a mis plus tard sur pied Cargoman, officiellement basée à Mascate dans le Sultanat d’Oman et à la tête d’un autre DC 8-F54. Quand l’embargo a été levé, les deux DC 8 ont pris leurs quartiers à HRE sous les couleurs d’Affretair Zimbabwé avec toujours Jack Mallock à sa tête.
    Bien cordialement
    Alain Durand

    • SUZIE SIMEDOU

      MR DURAND MERCI POUR CE COMMENTAIRE AUQUEL IL NE MANQUE RIEN;
      UN PETIT CONDENSE DE GEOGRAPHIE, HISTOIRE DES LIGNES ET D,AVIONS SUR LBV
      ET LA SOUS REGION.EN QUELQUES LIGNES ON Y APPREND PAS MAL;
      JE L’APPRECIE D’AUTANT PLUS QUE JE SUIS A 6h DE DECALAGE HORAIRE DE NOTRE ZONE,COMME UNE BONNE BOUFFEE DE….CONNAISSANCES GENERALES.
      EN TANT QUE PNC EGALEMENT LE
      SOUVENIR DES VOLS EN POOL AVEC SUISSAIR ET PAN AM SUR LES
      LONGUES COTIERES(rk122) POUR LA RK 49 ENSUITE SUR JFK
      OU SUR GVA.NOUS Y ETIONS SOUVENT POSITIONNES EN REPRESENTATION COMMERCIALE SUR LES VOLS ASSURES PAR CES
      COMPAGNIES PARTENAIRES.

    • GUY BALARD

      LA PLUS PAR DU TEMPS IL REDESCENDAIT A VIDE CAR IL REMONTAIT LE SOIR AVEC LA MEILLEURE VIANDE D AFRIQUE !! cette viande arrivait sur le marche a 300F CFA LE KG MAIS A CAUSE DE CERTAINS FOUILLES MERDE ON DU ACHETER DE LA VIANDE AU PARAGUAY ET UNE FOIS A LBV ELLE POURRISSAIT SUR LE PARKING ET POUR CALMER LES CONNARDS DE TOUT BORDS ON EST DEVENU AIR GABON CARGO ET PUIS CARGOMAN !! la preuve que les dc 8 repartait a vide : qui se rappelle des decollages a lbv avec le capt devis c etait mieux que salon du bouget !! il demandait la permission a la tour et les gars de la tour etaient ravis , il verifiait le sanglages des pallettes au milieux de l avion , 20 tonnes de carburant , en bout de piste les moteurs a fond a la bretelle du parking il levait l avion ilcommencait a rentrer le train et plein badin jusqu au bout de la piste et la il montait a la verticale comme un chasseur ei il renversait presque le dc8 LIMITE PASSER SUR LE DOS !!!c etait geant !

  • David Chinaud

    j’ai vécu sur la base de LBV entre 76 et 78, le DC 6 était toujours sur la base mais ne volait plus.Il a été vendu par la suite à Air Gabon et s’est crashé je crois.J’ai retrouvé une photo sur le net si ça vous dit…

  • Lesaffre Claude

    J’ai quitté Libreville en 1972, j’étais navigateur sur le DC6 du Président Bongo. Il me semble apercevoir ce DC6 au fond de la photo sur le parking militaire de l’escadrille Gabonaise.
    Amitiés Claude

    • DD

      C’est bien possible. Je ne m’en souviens plus très bien car il n’était plus utilisé par le Président qui, même pour des déplacements courts, se servait du DC8-63 ou du Gulfstream. Amitiés DD

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  

Subscribe without commenting